“Intra-actions” : entre le futur et le passé, entre la raison et l’émotion, entre la féminité et la masculinité. Pour une (future) histoire alternative de l’intelligence artificielle et de la nostalgie.

Ola Siebert

Bio: De nationalité polonaise, Ola est venue au Canada en 2019 pour se réorienter après des années de travail au sein de différentes ONGs et des institutions européennes en Belgique et en France. Admise au doctorat après plus de six ans d’interruption dans ses études, ses intérêts de recherche se trouvent entre la technique et des technologies analogiques, l’intelligence artificielle et la nostalgie en tant qu’une émotion, qui nous accompagne dans nos vies.

“Intra-actions” : entre le futur et le passé, entre la raison et l’émotion, entre la féminité et la masculinité. Pour une (future) histoire alternative de l’intelligence artificielle et de la nostalgie.

Je m’intéresse au développement des technologies du futur (et du présent), comme celles qui relèvent de l’intelligence artificielle (IA). Je questionne notamment l’(im-)possibilité de créer une IA « émotive », donc une technologie qui serait ou simule d’être proche des émotions humaines. Parmi ces émotions c’est notamment la nostalgie qui m’interpelle, car dans l’histoire des médias et des technologies de communication (Natale, 2021), il y a toujours eu une place importante pour cette émotion qui s’oriente d’ailleurs souvent vers le futur, comme une imagination nostalgique de ce qui pourrait être (Niemeyer, 2018). Il s’agit donc de mener des réflexions approfondies sur le rôle des facettes nostalgiques dans la création de machines qui « pensent », mais aussi qui « sentent ». Autrement dit, à l’exemple de la nostalgie, je souhaite me pencher sur les enchevêtrements entre émotions humaines dans la production, imagination et création de technologies et les transferts qui sont faits aux technologies produites. En menant un dialogue entre l’avenir et le passé, entre la technologie et la nature, j’essaie de dépasser ces binaires – c’est pour cette raison-ci que je veux utiliser la méthodologie flexible et transdisciplinaire, la queer theory ainsi que des études du genre. Je m’intéresse également au rôle des machines dans le monde humain futur, et à leur impact sur nos relations interhumaines, notamment via la culture « glitch » et l’introduction du dysfonctionnement dans les systèmes technologiques et sociaux.  

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s